Phobie des serpents, phobie des araignées, phobie de l’avion, phobie des souris…. Les phobies sont nombreuses et leur mécanisme est encore trop méconnu du grand public. Certains pensent que c’est une fatalité, d’autres peuvent être remplis de culpabilité selon la phobie. Une chose est sûre, toute personne ayant une phobie se sent comme prisonnière et victime de réactions souvent démesurées et irrationnelles. En effet est-ce logique d’avoir peur d’une araignée en photo sur un smartphone qui de toute façon ne pourra pas passer à travers l’écran?

Voyons en détails les phobies, comment ça marche?

Avant tout aussi difficile que cela puisse paraître, la phobie est un mécanisme de protection que l’inconscient a mis en place pour des raisons qui lui sont valables même si ce n’est pas vrai dans l’absolu de manière consciente.

A un moment du parcours de vie d’une personne, une expérience a été perçue et enregistrée par l’inconscient et le système nerveux. Cette expérience est souvent définie comme traumatique et porte le nom de traumatisme. Durant cette expérience l’inconscient a cru qu’il allait mourir et ne veux plus jamais revivre cela.

C’est à partir de ce moment là que cette expérience vécue  est transformée en apprentissage. Le « système » (l’inconscient et le système nerveux) va créer ce que j’appelle une liste rouge. C’est comme si l’inconscient disait : « Si tu ne fais pas ceci, si tu ne fais pas cela, que tu ne va pas à tel endroit… » ALORS tu ne revivras jamais ce que tu as vécu lors du traumatisme. Et pour assurer que cela n’arrive jamais, si un des éléments défini par l’inconscient sur la liste rouge se présente ALORS le système nerveux déclenchera des stimulis physiques liés à la peur. AINSI la personne fuira ou évitera cette situation de la vie. Seront ensuite mises en places des stratégies d’évitement par le conscient pour ne pas ressentir ce qui se déclenche physiquement allant de la peur à la crise d’angoise.

Il est possible aussi que la phobie soit induite par un membre de la famille ou une autre personne de l’environnement et que par mimétisme le système fasse un apprentissage lié à une autre personne. L’inconscient créera sa liste rouge en fontion de tous les éléments qu’il aura perçus de cette personne. Et nous aurons bien le même schéma résultant, c’est à dire une phobie.

Un autre cas plus rare est que le système ait eu peur de la mort d’une personne ou d’un groupe de personnes par sa faute, toujours rappellons-le même si cela n’est pas vrai dans l’absolu. C’est alors une stratégie de surprotection et de vigilance démesurée pour les autres que tout le système mettrai en place.

Dans tous les cas, la liste rouge n’est pas figée mais reste évolutive dans les deux sens.

Et puisque tout n’est que mécanique interne, il faut choisir de rester optimiste quant au fait de pouvoir s’en libérer puisque cela est possible. En cabinet dans la majorité des cas 2 séances suffisent, la première étant le recueil d’informations et la deuxième le traitement de la phobie.